L'actu du Centre de Doc

Un pas vers un toit – Alter échos 480

De la rue au logement. Pour franchir ce pas – ou plutôt ce large fossé –, des dispositifs temporaires s’attellent à fournir un toit à des personnes qui en sont dépourvues et à les aider à se remettre en selle.

Économiques, écologiques et rapides à construire, les tiny houses (mini-maisons) poussent comme des champignons dans des bâtiments vides ou sur des friches. « L’idée a du mal à percoler mais il s’agit bel et bien de logement », affirme Olivier Vadi, de l’asbl Infirmiers de rue. Du logement, peut-être, mais toujours précaire. Et temporaire selon les bâtiments et le foncier disponibles (lire « Tiny houses : aux grands maux les mini-remèdes ? »).

Une transition vers l’autonomie et la réinsertion dans le cadre rassurant d’une vie collective, c’est la mission que se donnent les maisons d’accueil. Mais réussir à y dénicher un lit ne coule pas de source, tout comme, à la sortie, accéder à un chez-soi, tant la pénurie de logements abordables fait rage (lire « Maisons d’accueil : pas facile d’y entrer, difficile d’en sortir »).

Cette pénurie, les opérateurs des projets Housing First, qui défendent pourtant l’accès direct au logement pérenne, y sont aussi confrontés. Raison pour laquelle ils ont pris le pli d’occuper de façon temporaire des logements sociaux en attente de rénovation (lire : « Des personnes fragiles dans un bâtiment fragile ? »). Le Housing First et les solutions « centrées logement » sont pour les nouveaux ministres de l’Action sociale Alain Maron et Christie Morreale LA solution d’avenir pour éradiquer le sans-abrisme (lire « Alain Maron : ‘Ma priorité, c’est la réinsertion sociale des sans-abri’ » et « La Wallonie compte les sans-abri et sur les Relais sociaux »). Encore faudra-t-il que les politiques « logement » soient à l’initiative de réelles portes de sortie…

Source : Alter échos 480

Recevez notre lettre d'info