Élections fédérales 2019 – Mémorandum Myria.

Myria est le Centre fédéral Migration. Depuis le 15 mars 2014, il exerce en tant qu’organisme public autonome en toute indépendance trois missions légales complémentaires :

  • veiller au respect des droits fondamentaux des étrangers
  • informer sur la nature et l’ampleur des flux migratoires
  • stimuler la lutte contre la traite et le trafic des êtres humains.

La mission de Myria est de promouvoir, auprès des pouvoirs publics et des citoyens, une meilleure compréhension de ses matières et une approche fondée sur le respect des droits de l’Homme et sur la connaissance des faits. Il exerce cette mission dans un esprit de dialogue, de collaboration et de respect.

Myria est au carrefour institutionnel, politique et scientifique des enjeux liés à la migration, aux droits fondamentaux des étrangers et à la traite des êtres humains. Il a par nature vocation à être en lien avec toutes les strates de la société : autorités, centres de recherches, associations, ONG, citoyens.

Ces dernières années, Myria a été confronté à une actualité très intense sur ses matières, dans un contexte difficile. Les enjeux liés à la migration, au trafic et à la traite des êtres humains ont pris une grande importance. La demande de chiffres fiables et d’informations justes est forte, tant de la part des décideurs que de la population ou de la presse. La migration devient une préoccupation majeure en Europe, et les réponses à apporter n’ont rien d’évident.

C’est sans doute le premier des défis : accepter que la migration, la traite et le trafic d’êtres humains sont des réalités complexes, aux enjeux multiples, et qui ne pourront jamais se régler simplement. Il faut aussi pouvoir le dire : ces matières sont parmi les plus ardues à gérer pour les autorités. Parce qu’il s’agit d’équilibres tendus à atteindre entre respects des droits fondamentaux et respect de la loi et de la souveraineté ; parce que l’époque actuelle favorise souvent les tentations de simplifications et de bouc émissaires ; et surtout, enfin, parce qu’il s’agit d’abord d’êtres humains.

Myria a publié depuis le début de son existence de très nombreux rapports et études. Chacune de ces publications, d’une certaine manière, constitue une forme de mémorandum. A quelques encablures des élections fédérales, régionales et européennes du 26 mai 2019, Myria a décidé de concentrer ses propositions les plus importantes dans un mémorandum de huit recommandations. Nous les adressons aux différents partis politiques, en espérant qu’elles pourront les inspirer dans l’élaboration de leurs programmes. Mais nous souhaitons aussi les partager publiquement, et contribuer ainsi à dessiner ce que pourrait être de notre point de vue, demain, une politique plus efficace en matière de respect des droits fondamentaux et de lutte contre la traite et le trafic d’êtres humains, basée sur les données les plus accessibles et fiables possibles.

François De Smet
Directeur

Document PDF

Source : Myria