6 jours plus tôt
UBO – RGPD : les explications
7 jours plus tôt
Offre d’emploi
1 semaine plus tôt
Évaluation du Parcours d’Intégration

Réussir à construire une relation de confiance avec les demandeurs d’asile est une condition pour mener à bien le travail d’accompagnement. Mais cela n’est pas toujours facile. Dans cet article, nous parcourons quelques obstacles à l’établissement d’une relation de confiance avec le public des demandeurs d’asile et avançons quelques suggestions pour les surmonter.

Le public des réfugiés et des demandeurs d’asile est caractérisé par une migration forcée et un déracinement. Ils laissent derrière eux leur foyer et leurs proches et quasi tout ce qu’ils ont pu construire dans leur pays d’origine… Il peut y avoir différentes raisons de fuir son pays, mais une décision aussi radicale demande du courage et est rarement prise sans réflexion. La plupart des demandeurs d’asile proviennent de pays où les droits humains sont bafoués. Beaucoup d’entre eux ont vécu des événements choquants. Il peut s’agir d’expériences traumatisantes dans leur pays d’origine, mais également de faits d’une extrême violence sur le chemin de l’exil.

Une fois arrivés en Belgique, le parcours du combattant n’est souvent pas terminé. Plusieurs auteurs relayent les conditions de stress constant dans lesquelles les demandeurs d’asile vivent dans leur pays d’accueil. Vivre sans savoir si les membres de leur famille perdus de vue vont bien, l’incertitude par rapport à leur
séjour en Belgique, la faible connaissance de la langue, la difficulté de s’exprimer et l’incompréhension de la culture du pays d’accueil, la difficulté de créer du lien social et de trouver un soutien par rapport à leur vécu, sont autant de facteurs de stress auxquels les demandeurs d’asile peuvent être confrontés.

Les conditions de vie dans les centres où ils sont hébergés peuvent elles-mêmes être particulièrement anxiogènes par le manque d’autonomie, les discriminations et les violences qui s’y manifestent parfois, le manque d’hygiène, la promiscuité et le manque d’activités. Lorsque la durée d’attente avant de recevoir une réponse à leur demande de protection est prolongée, ces éléments de stress peuvent avoir un effet néfaste sur leur santé.

Le travailleur social au sein des structures d’accueil pour demandeurs d’asile est responsable de l’accompagnement du résident dans sa procédure d’asile, de son inscription à la commune ou encore de la demande d’un permis de travail. Il joue un rôle important dans la préparation du demandeur d’asile aux auditions dans le cadre de sa demande d’asile et propose un accompagnement psychosocial.

Document PDF

Source : Le CIRÉ