6 jours plus tôt
UBO – RGPD : les explications
6 jours plus tôt
Offre d’emploi
1 semaine plus tôt
Évaluation du Parcours d’Intégration

Croissants, pains au chocolat, jus d’orange et café seront au rendez-vous… pour la présentation de l’outil  » STOP au gaspillage de potentiels ».


Présentation d’outil pédagogique

Mercredi 7 juin 2017
de 8h30 à 10h

L’outil: STOP au gaspillage de potentiels

Programme :
– Accueil
– Présentation de l’outil
– « Manipulation de l’outil »
– Temps d’échanges

  • Un événement organisé en collaboration avec l’asbl Le Miroir Vagabond

1 outil d’animation, la “boîte à potentiels” pour 2 animations à mettre en place avec vos équipes, vos partenaires mais aussi avec les bénéficiaires de vos services.

Inscription par fax, email, téléphone
Fax : 071/20.98.61
Tél : 071/20.98.60
email : inscription@cricharleroi.be

83 témoignages de potentiels humains gaspillés constituent le point de départ d’une campagne de sensibilisation de l’asbl Miroir Vagabond.

Nous vous invitons à découvrir ces paroles de femmes et d’hommes réunis dans un outil d’animation qui aborde des sujets comme l’emploi, l’éducation, la migration, l’identité….

Miroir Vagabond propose deux animations à partir de cet outil à mettre en place avec vos équipes, vos partenaires mais aussi avec les populations qui gravitent autour de vos services.
Depuis plusieurs années, le Miroir Vagabond déplore la dégradation générale de la situation économique et sociale avec l’augmentation du nombre de personnes en situation de pauvreté, de mal logement et d’endettement.

Ce phénomène s’étend à l’ensemble de la population et n’épargnera quasiment plus personne.

Depuis le 1er janvier 2015, c’est plus de 35 000 personnes exclues des allocations de chômage.
Pour le Miroir Vagabond, il s’agit de 35 000 potentiels volontairement gaspillés.
Quel gâchis. Non ?!

Stop au gaspillage de potentiels !

Sur base de son travail de terrain, le Miroir Vagabond veut sensibiliser à la lutte contre le gaspillage de potentiels de la population.
Et ce n’est pas tout.
Nous alertons également à un phénomène de replis sur soi, de recul en termes de solidarité collective et d’engagement des politiques publiques. Un recul qui pourrait en partie s’expliquer par un déplacement erroné de l’origine de la cause de la crise sur une responsabilité individuelle. Les discours et les décisions politiques se radicalisent : sur le chômeur, l’étranger, le jeune, l’ancien, le bénévole, le détenu,…

Ce contexte socio-économique et en particulier ce déplacement de la responsabilité sur l’individu entraine une augmentation des tensions et des violences entre les individus eux-mêmes ou entre divers groupes sociaux.

Une violence renforcée par un fossé toujours plus creusé entre les très riches et les très pauvres.
Une violence que les individus retournent également sur eux-mêmes.